Bienvenue sur le Forum de l'UNAFTC

Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens
Nous sommes le Jeu Sep 20, 2018 10:37 am

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 43 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Nous sommes complémentaires
MessagePosté: Sam Fév 23, 2008 9:27 am 
Hors ligne

Inscription: Jeu Fév 07, 2008 9:32 pm
Messages: 5
Localisation: 92
Médecin de MPR exerçant auprès de patients cérébrolésés depuis 10 ans, je voudrais vous encourager vous, familles, à vous battre POUR vos proches, mais PAS CONTRE nous, professionnels.

Souvent les 2 se télescopent : l'énergie que vous mobilisez, énorme, remarquable, pour lutter contre le TC, la souffrance, le handicap, part dans des conflits avec les professionnels :

-soit pour des "choses sans grande importance" en rapport avec des dysfonctionnements "mineurs" de l'hôpital (comme l'horaire d'un RDV non transmis, un problème d'ambulance ou de séance de rééducation, un papier administratif non remis, etc...). Cela ne veut pas dire que ces dysfonctionnements sont excusables, nous essayons de les réduire, mais il faut relativiser l'importance des problèmes auxquels, vous comme nous sommes confrontés. Nous aussi, nous y perdons de l'énergie inutilement ... !

-parfois pour des différences de vues "plus fondamentales" sur la gestion du handicap, le projet de vie, les choses raisonnablement réalisables ou non, les objectifs de rééducation, l'orientation etc... Or nos positions ne peuvent pas être identiques, nos expériences étant fondamentalement différentes : vous, vous connaissez le TC "de l'intérieur" avec toute la subjectivité et la souffrance qu'une telle expérience comporte ; nous, nous le connaissons "de l'extérieur" avec notre intellect, notre raisonnement, nos connaissances qui doivent primer sur notre connaissance émotionnelle. Si ce n'était pas le cas, les dysfonctionnements seraient beaucoup plus graves !

Pourquoi nous opposer ? Nous sommes complémentaires. Il faut se parler, confronter les points de vues, s'expliquer les choses l'un à l'autre ; vous, vous nous racontez comment ça se passe (à la maison, dans votre tête, comment vous pensez que cela se passe dans la sienne ...) et nous nous passons cela à la moulinette de nos connaissances (médicales + connaissance des rouages administratifs, du terrain etc...), et nous essayons de vous conseiller sur tel projet ou objectif, sa faisabilité, les moyens à mettre en oeuvre pour le réaliser, ou de vous expliquer les raisons de nos choix thérapeutiques, etc...

C'est ce que j'appelle "travailler ensembles" intelligemment et c'est ce que nous devrions faire !

Il y aurait encore beaucoup à dire, mais j'attends déjà vos réactions ...
Cordialement, Catherine


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Fév 23, 2008 10:33 am 
Hors ligne
Membre actif

Inscription: Mer Nov 22, 2006 9:01 am
Messages: 248
Localisation: bourgogne
Mais c'est bien ce que nous cherchons aussi, le dialogue, mais pour dialoguer, il faut être deux et pourquoi sous-entendre que c'est nous,familles qui refusons le dialogue alors que c'est parfois le milieu médical qui ne nous considère pas comme des partenaires à part entière .Et ce que vous considérez comme des bricoles, savez-vous comme ça peut être usant ? Quand vous réclamez pendant 10 jours qu'on donne une douche à votre fils (surveillante, infirmière, aide-soignante) et que c'est pas fait, ça fait quoi à votre avis ? Tiens, hier,on a été en consult de neuro à Lyon,je vérifie aussitôt l'ordonnance :erreur de posologie, correction par la secrétaire et ce matin ,je re-regarde:un médoc a été oublié,je vais devoir rappeler lundi et faire renvoyer une ordonnance ( on est à 250km ).Bien sur que c'est rien ,mais si je n'avais pas vérifié, mon fils n'aurait pas pris un de ses anti-épileptiques . Pourtant c'est un très bon service de neuro mais la secrétaire était stagiaire . Vous êtes médecin 35h par semaine, nous on est famille de TC 7 x 24h par semaine . On vraiment les 1er à vouloir ce dialogue et vous ne verrez que très rarement sur ce forum des critiques du milieu médical et soignant mais des problèmes existent et vous ne pouvez pas dire le contraire car côté médecins comme côté patients et famille,il y a des gens pas doués pour la communication ,c'est un euphémisme !

_________________
tant qu'il y a de la vie...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam Fév 23, 2008 12:06 pm 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Jan 08, 2008 10:14 am
Messages: 4
Chere Catherine,
Je suis a 100% d'accord avec Doumé, en tant que TC, fille de TC et professionnelle dans le TC, je peux me mettre a chaque place pour dire que entre famille/professionel il n'y a rien qui va! Si on demandait a chaque acteur de ce site de nous siter 1 anecdote vis a vis d'un "professionnel" de la santé, je pense que vous ne seriez pas deçue!!
Avant que le TC soit reconnu en tant que tel, les personnes étaient placées en psychiatrie et je me doute bien que les medecins ne tenaient pas compte de ce que leur disait les familles!
A l'age de 8 ans(age de mon accident), je trouvait deja aberrant les commentaires des medecins, des infirmieres et des aides-soignantes, ma mère ne me cachait rien et elle ne demandait que ca de dialoguer:
EX: lorsque maman est arrivée a l'hopital (15mn apres moi), elle trouve le bloc et la une infirmiere sort, ma mere lui demande si elle a vu sa fille, elle vient d'avoir un accident, c'est une petite blondinette, la fille se permet de lui répondre oui madame mais elle est dans un sale etat et a perdu beaucoup trop de sang..puis en partant elle lance..Désolé :shock:
EX:: enfin ma mere voit sortir du bloc un medecin, elle s'attend au pire bien sur, mais le medecin lui dit "votre fille est stabilisée"( qu'est ce que veut dire stabilisé alors que ma mere s'attendait a ce que je soit morte grace a cette IDE), puis apres avoir craché son jargon de medecin il dit a maman, "il est fort possible que nous soyont obligé d'emputer la jambe de votre fille les blessures sont bien trop importantes", maman avait le coeur nien accroché...merci mon dieu!!
EX:Ma mere dort dans le fauteuil de la chambre de mon frere(aussi dans l'accident) lorsqu'un medecin vient la voir : Madame B. je vous ai cherché partout( :shock: )...votre fille...bla bla bla...puis ma mere dit:"quand elle s'est reveillée elle n'a pas été parturbé pour sa jambe?" Le medecin lui dit : "c'est sur qu'un platre qui va des orteils et qui remonte sur la hanche c'est impressionnant mais pas a ce point!!"
Des dizaines de points d'interogation ont fait le tour de la tete de maman!!
C'est a ce moment la qu'elle a "peté un plomb" et qu'elle s'est mise a gueuler apres le medecin! imaginez vous un peu Catherine cette femme qui apprend que sa fille va mourir mais que en fait elle est en vie mais va etre amputée d'une jambe mais qui en fait va remonter entière...Elle en pleure encore souvent de ces discussions qu'elle a eu!!

Passons sur mon cas, on arrive a mon père : coma + de 3 semaines suivi de 2 AVC bref 1er contact 3 jours apres son admission(dans l'hopital ou j'ai travaillé pdt 1 an 1/2) ET OUI j'ai été informé 3 jours apres son admission en réa alors que je suis le seul contact a prevenir en cas de besoin et que j'ai agraffé moi meme mes coordonnés sur son dossier!!
1er medecin : "etat critique ne passera pas les jours a venirs"(pour faire cours sur un language que je connais mais qui m'etait devenu inconnu a ce moment). on m'a gentillement laissé aller le voir(irronie)!!
2eme medecin:votre pere se porte tres bien, le medecin que vous avez vu n'a probablement pas tenu commpte de son amelioration...
Enfin bref j'en passe car la je n'est plus le tps et pourtant j'en ai encore bcp dans le genre de conversation que l'on doit avoir ou les echanges familles/pro-santé!
En tant que aide-soignante je peux aussi certifié que le discours n'est pas facile a maintenir, j'ai vu plus d'une famille demunie devant les beaux discours, ou devant certaines promesses!!
Dans les études de medecines il devrait y avoir un module sur l'hygiene, le confort et le bien etre d'une personne, et un autre module sur la communication!

A part cela tout va bien!!!Suivant..................!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Fév 24, 2008 10:48 am 
Hors ligne
Administrateur

Inscription: Lun Oct 30, 2006 9:52 am
Messages: 956
Localisation: (92)
Bonjour Catherine !
merci pour votre message d'hier matin ! Avant de le mettre sur le Forum, nous avions échangé quelques courriers ;
et je vous avais fait part des "ressentis des familles, parfois (souvent) assez crus, voire cruels pour les soignants" !

En fait, je pense que chaque côté essaye de 'bien faire' : les uns se battent pour leur proche blessé et les autres agissent (sans doute un peu trop) en conformité avec ce qu'ils ont appris !

En vous lisant, et en voyant les réactions (vives) de certains Membres, je repense à l'histoire de Maryann : elle a eu un grave accident de voiture, et c'est son compagnon, pompier volontaire, de garde ce soir-là, qui est venu la secourir ! (son pseudo est Beleow) ; il raconte fort bien la façon dont il a dû "passer de l'autre côté" ; comme il l'écrit D’habitude je quitte l’hôpital, on range le camion rouge a la caserne et on rentre a la maison…là, le camion est parti mais moi je reste…c'est donc ça l’envers du décor !! (cf http://temoignages.traumacranien.org/vi ... php?t=297/)

Sachant que vous venez sur ce "Forum des Familles", spontanément et de votre plein gré, pour y lancer cette bouteille-à-la-mer, j'espère que chacune et chacun pourra VRAIMENT essayer de nouer le dialogue avec vous, plutôt que de vous faire part de tout ce qui cloche en vous renvoyant la bouteille (mode 'tsunami' !) !!
Ensemble, à notre échelle, essayons de construire !
Je compte sur vous tous pour continuer à faire de ce Forum le lieu d'échange, d'écoute et de respect mutuel qu'il a réussi à devenir, et dont, tous, nous sommes fiers ...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Fév 24, 2008 11:56 am 
Hors ligne
Membre actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Nov 28, 2006 1:05 pm
Messages: 170
Localisation: 60
Bonjour Catherine,

je suis d'accord avec Charles et aujourd'hui je peux relativiser et comprendre. Les autres membres ont des réactions plutôt vives mais ça je pense que vous le saviez déjà. Ce que moi je veux leur dire c'est qu'il ne faut pas tout mélanger et mettre tout le monde dans le même panier. Tout le monde ici sait qu'il ya des dysfonctionnements et que tout n'est pas parfait. Rien ne le sera jamais car nous sommes tous des êtres humains et non pas des machines. Comme dans tous les métiers il y a des gens qui ont la vocation, la passion et le souci, comme vous Catherine, de vouloir travailler ENSEMBLE. Je suis tout à fait d'accord. Il ne faut pas oublier que le but de chacun, famille et équipe médicale, est le bien de la perconne cérébrolésée. Nous n'avons pas le même ressenti du tout car nous ne nous situons pas du même côté. Heureusement je dirais car lorsqu'un tel drame vous arrive il est difficile de garder sa lucidité, son objectivité. Les professionnels ne peuvent pas "trop" s'attacher aux patients car psychologiquement ça serait très difficile je pense à gérer.

Je tiens juste à préciser à certains membres, que vous ne faites pas partie de ceux qui font 35h et puis oublie le travail en rentrant tranquillement à la maison. Je sais combien cela peut vous toucher et vous faire mal, vue l'investissement dont vous faites preuves chaque jour auprès des malades. Je sais, je suis persuadée, que votre travail continue bien au-delà des murs de l'hôpital. Il est facile de juger, de critiquer mais je pense que ça ne fait pas avancer les choses.

D'un autre côté, je comprends les familles car je vis actuellement la situation. Le côté administratif est usant. Il faut sans cesse écrire, se déplacer, téléphoner aux différents organismes et c'est tous ces détails, qui ne sont pas graves en soit, qui nous rendent amer et nous amènent à en avoir assez. Le temps use et il faut prendre soin de soi. Vous savez tout ça aussi bien que moi. Je n'apprends rien à personne. Il faut essayer autant que faire se peut de composer ensemble. il n'y a que par la communication que nous réussirons à améliorer le systhème de prise en charge. Tout le monde doit aller dans le même sens.

En tous cas, en ce qui me concerne, je dis MERCI et Mea Culpa. La vie nous inflige des épreuves terribles et au fur et à mesure que nous avançons il faut savoir se remettre en question et admettre nos tords. Il n'y a que comme cela que nous réussirons à progresser. Ce forum est un lieu d'échange et il doit le rester. pour moi, il a été une formidable bouffée d'oxygène. On ne peut pas résoudre les problèmes de chacun mais vous voyez toutes et tous qu'en dialogant et en racontant nos expériences on arrive à trouver des réponses, des soluitions et finalement à nous unir. Il y a de la place pour tout le monde, famille, blessé et professionnel. Voilà tous les partis et point de vue réunis.

Le dernier mot sera quand MERCI car il faut relativiser et si nos blessés sont là c'est grâce en partie à ces professionnels qui se battebt pour sauver des vies. Il faut relativiser de temps en temps même si l'administratif est lourd à gérer. La vie avant tout, la vie plus fort que tout.

Courage Catherine, BRAVO pour votre engagement et MERCI pour votre témoignage.

Ange :wink:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Fév 24, 2008 12:23 pm 
Hors ligne
Membre actif

Inscription: Dim Nov 26, 2006 6:47 pm
Messages: 566
Localisation: Mende Lozère
Bonjour Catherine et merci de votre intervention
Moi aussi j'ai eu droit au verdict sans appel du chef de service le jour de l'accident de mon époux et il est vrai que mon Yann était vraiment dans un sale état. Mais ma meilleure amie infirmière en réa neuro m'a aidée, soutenue et décrypté pour moi le langage de ces pro qui sont indéniablement forts compétents mais peu doués pour la communication.
J'ai toujours dit sur ce forum qu'il fallait laisser faire leur boulot aux soignants et nous, la famille rester dans notre rôle de proches, s'armer de patience et témoigner un amour infini au blessé.
Mon amie qui avait quelque 20 ans d'expérience dans le domaine m'a assuré que tous les cas graves ne sont pas pour autant désespérés, que les miracles existent car le cerveau est encore assez mystérieux. Que je devais écouter et entendre ce que me disaient les toubibs mais que je devais garder confiance en mon mari, observer ses réactions et entendre aussi le langage de son corps endormi...Pas facile, difficile à croire et pourtant...il frémissait à ma voix, il avait la chair de poule, sa tension s'emballait, les appareils bipaient, il avait des mouvements (dits réflexes) à certains de mes propos...et contre toute attente il est sorti du coma et a bien récupéré depuis...
Je voue une infinie reconnaissance aux médecins que l'ont soigné et sauvé mais je persiste en réaffirmant comme je l'ai déjà écrit dans la rubrique" ce que j'aurais souhaité entendre" qu'il ne faut pas oter tout espoir, que les médecins même s'ils ont la conviction que le cas est vraiment désespéré, doivent absolument se garder de le dire tel quel mais avouer que pour le cerveau les connaissances actuelles permettent de dire qu'il peut exister un petit espoir aussi infime soit-il . Le corps médical ne s'engage guère en affirmant cela et c'est tellement important pour nous les proches de l'entendre.
Maintenant il est vrai qu'il y a comme partout ailleurs des dysfonctionnements plus ou moins graves plus ou moins perturbants mais quand ils touchent le domaine médical quand ils atteignent ce que nous avons de plus cher, ils sont intolérables et difficiles à accepter. L'erreur est humaine mais nous n'accordons pas la place à l'erreur dans le domaine médical....cherchons l'erreur!
annie


Dernière édition par annie le Sam Mar 22, 2008 9:31 pm, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Fév 24, 2008 12:44 pm 
Hors ligne
Membre actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Nov 28, 2006 1:05 pm
Messages: 170
Localisation: 60
Jsute une petite précision, même si je ne suis pas là pour modérer le forum. Avant qu'une foule de membres demandent à Catherine de répondre aux besoins, aux questions de toutes et tous, je tenais juste à préciser que le but est d'échanger nos points de vue. Elle n'est pas là pour solutionner tout mais pour "jeter une bouteille à la mer" et tenter d'apporter des améliorations aux dysfonctionnements. Chaque cas est unique, chaque expérience aussi et plutôt que de crier notre souffrance, tentons ensemble de l'apaiser.

Ange


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Fév 24, 2008 2:06 pm 
Hors ligne
Administrateur

Inscription: Lun Oct 30, 2006 9:52 am
Messages: 956
Localisation: (92)
ange972 a écrit:
...même si je ne suis pas là pour modérer le forum...

... mais c'est vrai que tu le fais à merveille ! :wink:
Et, de mon côté, j'accepte très volontiers les 'intérimaires' comme toi ... :oops: :oops:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim Fév 24, 2008 2:24 pm 
Hors ligne
Membre actif

Inscription: Mer Nov 22, 2006 9:01 am
Messages: 248
Localisation: bourgogne
Je ne doute absolument pas des compétences et du dévouement de Catherine,et je n'ai pas voulu du tout l'attaquer personnellement, ni elle ni aucun médecin, d'ailleurs .Je voulais juste dire que je trouve injuste qu'elle ait l'air de dire que l'absence de communication était le fait des familles et d'autre part qu'elle n'oublie pas que si ELLE a toutes les compétences voulues de par son expérience professionnelle,et bien ça n'est pas le cas de beaucoup de médecins auquels nos TC ont affaire ,car,n'en voyant que très occasionnellement, ils n'ont pas les connaissances nécessaires et le pire c'est qu'ILS NE LE SAVENT PAS car ils ne savent pas que les TC ont des spécificités et les traitent comme des malades ordinaires .Ils ne le savent pas parce que on ne leur apprend pas,ça ne fait pas partie de l'enseignement médical général .Je vous invite à consulter les sites de Formation Médicale Continue ,en 2008 le thème du TC n'est pas proposé, ni en médecine générale ni en neurologie .

_________________
tant qu'il y a de la vie...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Fév 28, 2008 7:31 am 
Hors ligne

Inscription: Jeu Fév 07, 2008 9:32 pm
Messages: 5
Localisation: 92
Merci d’avoir réagi à ma demande, je vais tenter une réponse synthétique.

A Doumé : mon plaidoyer n’était pas tant en faveur du dialogue que d’une non-agression des professionnels par les familles… Ce qui me permet de répondre à la question de Vette "de quoi ont-ils peur les professionnels ?" : peut-être justement d’être agressés…

A propos des facultés ou absence de faculté de communication des médecins et autres membres de l’équipe médicale : le nombre et la teneur de vos témoignage est impressionnant (j’ai lu la rubrique …), je n’ai rien à ajouter si ce n’est qu’il y a probablement aussi beaucoup de malentendus et qu’une parole relativement anodine pour un professionnel peut prendre une importance extrême pour une famille "à vif". Il est difficile d’anticiper et de contrôler cela.

Je suis bien d’accord avec Annie : il ne faut pas casser l’espoir des familles, c’est vital pour elle...et peut-être aussi pour leur proche ? Les réanimateurs (plus que les médecins de rééducation) considèrent que c’est une question d’honnêteté intellectuelle et de rigueur scientifique que de dire la gravité de la situation et son issue probable, en terme statistique. Nous devons cependant rester conscients que nous sommes loin de tout comprendre, encore moins de tout diriger, bref rester humbles.

Concernant les problèmes administratifs et médico-administratifs qui sont réels : je comprends qu’ils sont usants en temps et en énergie. Unemaman1 le décrit très bien, hélas ! Pour notre défense, je voudrais seulement dire le manque de temps que nous avons pour ces tâches surtout si elles concernent un patient qui n’est plus hospitalisé (passer un coup de fil à un confrère, faire et envoyer une ordonnance pour un patient sorti etc…). Souvent nous faisons cela "en plus" et nos dépassements horaires ne sont pas extensibles à l’infini.
Savez-vous que c’est dans la profession médicale qu’on enregistre le plus de burn-out syndrome… et de suicides réussis ? Les médecins qui font 35h et qui oublient leurs patients sont certainement très rares !

Ce problème de temps et d’effectif ne concernent pas que la profession médicale, mais aussi les secrétaires, assistantes sociales …sans parler des soignants au sens large…et les choses ne s’arrangent pas ! En effet nos tâches administratives ne cessent d’augmenter : démarche qualité (!!!), accréditation, certification, réunions en tous genres (CLIN, CLAN, CLUD, CME …), tarification à l’activité etc…au détriment de notre temps "patients" ce qui explique en partie les délais d’attente, les oublis etc … L’hôpital est en sous-effectif chronique et en période de restructuration pour faire des économies ! Comment faire ? Nous aussi nous nous sentons coincés !

Je laisse tout cela à vos réflexions…
Catherine


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Fév 28, 2008 8:58 am 
Hors ligne
Membre actif

Inscription: Mer Nov 22, 2006 9:01 am
Messages: 248
Localisation: bourgogne
Je suis vraiment peinée et déçue de votre réponse, vous semblez nous avoir lus et pourtant,derrière cela, aucune remise en question de la façon de faire des professionnels. Pour vous,les problèmes de communication sont dus à "des malentendus", "des paroles anodines pour un professionnel"...pour les réanimateurs,c'est "par honneteté intellectuelle et rigueur scientifique"; les problèmes médico-administratifs sont dus à "des manques de temps, d'effectifs".
Et bien non, je ne suis pas d'accord,car en raisonnant ainsi,vous semblez dire qu'il n'y a pas grand chose à faire ...Et bien NON ! Il faut que la situation EVOLUE ! A aucun moment vous ne le reconnaissez,mais certains médecins sont incompétents, incompétents dans la communication avec les familles et les malades,et encore plus grave, incompétents dans la connaissance de la maladie chronique "traumatisme cranien", prise dans sa GLOBALITE.
La formation à la communication,ça existe : par exemple dans les centres anticancéreux, il y a eu beaucoup de progrès dans l'annonce au malade,et son accompagnement dans la maladie.
La formation à la connaissance de la maladie "traumatisme cranien" n'existe pas en médecine, tout simplement parce que cette maladie n'est pas reconnue en tant qu'entité.Pour preuve,elle n'existe pas dans la liste des maladies donnant lieu au 100% ( ALD 30).Mon fils a bénéficié d'une exonération hors ALD d'une durée de 2 ans ,sous le terme "traumatismes multiples" et ne l'est plus actuellement . A signaler : la maladie "accident vasculaire cérébral" fait bien partie de la liste des ALD 30.
Ne nous contentons pas de la médiocrité actuelle française,d'autres pays comme le Canada font beaucoup mieux.

_________________
tant qu'il y a de la vie...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu Fév 28, 2008 10:41 pm 
Hors ligne
Membre actif
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Avr 21, 2009 6:20 pm
Messages: 79
Moi je n'ai juste qu'une chose à dire, c'est que personnel soignant, professionnel, ou médecin comme vous Catherine, il faut savoir et comprendre que hormis les graves troubles qui peuvent être diagnostiqués chez les TC, il faut faire face aussi à la détresse des proches.

Je m'explique : voir son fils, sa fille, parent, conjoint TC qui n'est pas en "symbiose" ou régresse avec l'équipe médical fait peur ! Les proches ont failli perdre un être cher, et ces mêmes reproches redoublent de protection et d'attention qui peuvent se traduire par une vigilence accrue.

Si bien que lorsque rien ne va, que l'équipe médicale ne peut rien faire pour le TC,
il y a des sentiments agressifs qui débordent.

Une cellule psychologique et d'aide aux proches des victimes serait sans doute à étudier, ainsi qu'un "tuteur" qui serait le lien privilégié entre équipe médicale et proches des victimes.
Un suivi psychologique serait de bonne augure pour éviter de craquer.

Personnellement, j'ai eu un hématome extra dural pariéto occipital. J'ai été trépané et perfusé.
Il y a eu des moments très durs.
Mais j'ai été suivie de très près, des traitements médicamenteux j'en ai essayé pas mal car rien ne collait à un moment.
Mais j'ai été suivie par des médecins vraiment bien, si bienquemon séjour à l'hôpital, j'ai rien à redire ; et quand je lis
des témoignages de d'autres victimes ici sur le forum, je me dis que tout le monde n'a pas eu la même chance que moi.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Fév 29, 2008 10:50 am 
Hors ligne

Inscription: Jeu Fév 07, 2008 9:32 pm
Messages: 5
Localisation: 92
Bonjour,
je ne nie pas qu'il y a des médecins et paramédicaux en contact avec des TC, à tous les stades évolutifs, qui n'ont pas eu de formation spécifique à cette prise en charge. La promotion de la formation au TC est essentielle, c'est vrai. C'est d'ailleurs une des principales préoccupations de l'Association de professionnels France Traumatisme Crânien (dont je fais partie).
Cependant, la question de la compétence ou de l'incompétence n'explique pas les dysfonctionnements que nous observons dans l'interface avec les familles. Ces dysfonctionnements existent même dans des services très compétents avec du personnel formé.
Et si les familles devaient aussi se remettre en question dans leurs relations avec les professionnels ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Fév 29, 2008 10:58 am 
Hors ligne

Inscription: Jeu Fév 07, 2008 9:32 pm
Messages: 5
Localisation: 92
Le soutien psychologique des proches est essentiel c'est vrai et encore trop souvent minimisé.
Le soutien familial est pourtant fondamental.
Mais les membres de la familles les plus en souffrance refusent parfois l'aide psychologique en disant "qu'ils ne sont pas fous" mais "seulement souffrants" ! Il faut aussi dédramatiser auprès des proches la consultation avec un psychiatre ou un psychologue.
Bon courage à tous
catherine


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Fév 29, 2008 12:31 pm 
Hors ligne
Membre actif

Inscription: Dim Nov 26, 2006 6:47 pm
Messages: 566
Localisation: Mende Lozère
Je suis vraiment très surprise de voir à quel point les relations entre famille et personnel médical peuvent être houleuses. Je n'ai pas rencontré de tel problème, heureusement, car le patient au milieu de tout ces conflits n'en retire rien de bon à mon sens.
Dans le centre de rééduc sur Marseille nous avions à faire à une toubib d'une compétence irréprochable, elle avait la connaissance indiscutable du TC et l'art et la manière de communiquer avec les familles. Nous avons eu une prise en charge psychologique, la psy rencontrait mes filles, mon mari, moi ,séparés et ensemble. Je n'ai pas ressenti le fait qu'on me propose une aide psychologique comme une agression, bien au contraire, mon mari par contre n'appréciait pas cette incursion dans notre vie et l'avait baptisée "la curieuse".
Je rencontrais les différents intervenants à la demande et je voyais la toubib sur rdv toutes les 3 semaines pour faire le point.
Par la suite lorsqu'il a été transféré dans le centre d'ici chez nous, je voyais les soignants lorsque j'allais sur le centre, le toubib n'était pas un spécialiste des TC mais il était disponible à l'écoute et n'hésitait à m'adresser à sa consoeur de Marseille pour des problèmes qu'il ne pouvait résoudre: la spasticité des orteils par exemple.
Pourquoi cette barrière entre la famille et le corps médical? si chacun reste honnête dans ses propos dans son métier dans ce qu'il peut apporter au patient tout doit être mis en oeuvre justement pour aider ce dernier et non pas pour en faire un enjeu quelconque. La situation est déjà tellement dramatique qu'il ne sert à rien de la compliquer davantage...
annie


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 43 messages ]  Aller à la page 1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com